Salvatore Ferragamo, chausseur de stars à Hollywood

Qu’ont en commun Charlie Chaplin, Marylin Monroe et Judy Garland? Ils étaient tous fans des chaussures de Salvatore Ferragamo. De 1915 à 1927, le créateur italien tente l’aventure américaine et s’installe en Californie. L’ancien cordonnier, issu d’une famille modeste, veut réaliser ses ambitions les plus folles à Los Angeles. Et il réussit ! Il ouvre dans la Cité des Anges sa première boutique au monde, le Hollywood Boot Shop. Dans son petit espace, défilent starlettes et actrices confirmées, attirées par ses chaussures à la cambrure impeccable. Les studios de cinéma raffolent de ce bottier obsédé du détail et le font collaborer avec les plus grands réalisateurs de l’époque. En quelques années, il incarne le glamour hollywoodien. L’exposition « L’Italie à Hollywood » du Musée Salvatore Ferragamo de Florence retrace cette page, bardée de strass et de paillettes, de l’histoire du créateur. On y découvre les chaussures qu’il réalisa pour le film « les Dix Commandements » de Cecil DeMille et pour les films de DW Griffith, les commande s spéciales d’actrices comme Audrey Hepburn, Ava Gardner et Marlène Dietrich. « Tout comme l’industrie cinématographique, mon entreprise s’est développée à partir du moment où le cinéma a pris de l’importance » expliquait le créateur, dont l’autobiographie a servi de fil rouge à l’évènement. En parallèle de sa love story avec Hollywood, l’exposition présente plus largement l’influence des artistes italiens dans les secteurs culturels américains. Une piqure de rappel de leur apport inestimable au cinéma, à la musique, à la mode des Etats-Unis. A l’occasion de l’exposition, la maison réédite à travers sa ligne Ferragamo Creations, six modèles que le fondateur créa pour les acteurs Joan Crawford, Mary Pickford, Gloria Swanson et Rudolph Valentino. Des chaussures à l’allure joliment rétro, qui soulignent les fondamentaux de la marque à un moment crucial où elle tente de se réinventer, via son nouveau directeur artistique Paul Andrew, et en s’appuyant sur son passé.

Exposition jusqu’au 10 mars 2019.

Modèle Bella créé pour Gloria Swanson, 1928

Modèle Assoluta créé pour Mary Pickford, 1929

Musée Salvatore Ferragamo

Modèle Special créé pour Rudolph Valentino, 1926

Modèle Silence créé pour Rudolph Valentino, 1925

Musée Salvatore Ferragamo

Post a Comment

Pour ne rien rater des PORTRAITS de jeunes créateurs, des FOCUS sur des marques culte et des NEWS sur la culture mode.

Inscrivez-vous

NEWSLETTER

Merci pour votre inscription