sakina m'sa

Sakina M’Sa remet la mode responsable au centre du jeu

Alors que la France sort de 55 jours de confinement dû à la crise sanitaire, la parole est donnée à Sakina M’Sa. Cette pionnière de la mode responsable voit, en cet événement inédit, l’occasion pour l’industrie de la mode de passer radicalement au vert. Depuis plus de 20 ans, elle place la solidarité et la protection de l’environnement au cœur de son projet créatif, avec sa marque éponyme, centrée sur l’upcycling, et une boutique parisienne – le Front de Mode – dans laquelle elle présente une sélection fine de labels engagés. Ebranlée par la pandémie, la créatrice au grand cœur, élève une fois de plus sa voix pour défendre des valeurs, qu’elle a chevillées au corps. Et qui résonnent particulièrement aujourd’hui.

Par Inès Matsika

Nous venons, depuis quelques jours, de retrouver une certaine liberté de mouvement en France. Quels ont été vos premiers gestes au lever du confinement ?

Je ne me suis pas précipitée sur la boutique Front de Mode ! Je suis comme tout le monde, sonnée par ce que nous venons de vivre. J’ai besoin de profiter, encore un peu, de ce temps de “grande méditation générale”, afin de ne pas tomber dans les mêmes travers qu’avant. J’ai revu mon planning pour lui donner un rythme plus humain ! Et bien-sûr, j’ai pris rendez-vous avec mes proches pour les revoir très vite.

Qu’est ce qui vous a le plus manqué durant cette période inédite ?

Les gens! Même si le “méchant Internet” nous a aidés à maintenir un contact virtuel grâce aux différentes applications comme Zoom et WatsApp (rires). On a tous pu organiser des apéros avec nos proches et nos familles, et avoir ainsi l’illusion d’un lien social. Mais la vraie rencontre de l’autre, en chair et en os, m’a terriblement manqué.

En êtes-vous sortie avec une réflexion particulière ?

Je ne sais pas s’il sortira de cette période quelque chose de miraculeux. Mais, dans une interview accordée au journal Le Monde, le philosophe et sociologue Edgar Morin a nourri un de mes espoirs. Il faisait référence au Conseil de l’Ordre et de la Résistance qui durant l’Occupation en France rédigea un projet de société intitulé les Jours Heureux qui fut appliqué à la Libération. J’ai envie qu’on entre dans une période plus optimiste, synonyme de progrès pour tous. Qu’on ose, après ce moment dramatique, les Jours heureux.

sakina m'sa
Sakina M'sa

Je souhaite aussi que l’écologie – dont les principes sont au cœur de ma marque depuis 20 ans – prenne enfin toute sa place dans notre société. Il faudrait revenir à son sens premier, qui est l’économie de la nature et l’appliquer à la lettre. Ne serait-ce pas un beau projet sociétal ?

Cet épisode malheureux semble avoir agité les consciences. Pensez-vous que la mode éclairée puisse – en partie grâce à cela- devenir la nouvelle norme dans quelques années ?

Je le souhaite ardemment et il serait temps ! Personnellement, cet épisode n’a pu que consolider mes convictions concernant la manière responsable de fabriquer et de consommer les vêtements. Il faut toujours le rappeler: après le pétrole, l’industrie de la mode est celle qui pollue le plus la planète. Une tribune intitulée Mettons l’environnement au cœur de la reprise économique dans le journal Le Monde a été signée par différents groupes industriels dont Kering et LVMH. Après le Fashion Pact*, ces grands décideurs réaffirment leur volonté de s’engager dans la protection de l’environnement. Je ne suis évidemment pas naïve car ils sont tenus par de grosses contraintes financières. Mais j’ai envie d’y croire. Je vais surveiller, avec une espèce de sévérité bienveillante, leur capacité à basculer dans une économie verte.

Comment allez-vous, avec Front de Monde, porter encore plus haut votre message ?

La crise sanitaire n’étant pas finie, nous allons dans un premier temps respecter ce moment où tout est encore un peu au ralenti, en ouvrant la boutique deux à trois fois par semaine, et en recevant les autres jours la clientèle sur rendez-vous.

À lire aussi: Le défi de la crise sanitaire pour les jeunes créateurs

On reprendra notre rythme de croisière en septembre. Mais comme tout le monde, nous tâtonnons et nous nous adapterons aux évolutions de la situation. Au niveau du message, on continuera à le clamer de la même manière, en mettant l’accent sur ce qui fait l’identité de Front de Mode. À savoir un concept store qui regroupe des marques de mode et de lifestyle, qui s’engagent sincèrement dans un des trois piliers du développement durable : environnemental, économique et social. Je continuerai aussi à participer à des organismes pertinents comme Fashion Revolution qui militent pour un changement dans l’industrie de la mode.

Avec votre marque Sakina M’Sa, vous faites preuve de solidarité en réinsérant des chômeurs longue durée, chargés de réaliser vos collections. La solidarité s’est justement beaucoup manifestée durant le confinement. Vous trouviez qu’il en manquait en France ?

Non, je trouve au contraire que les Français sont beaucoup dans le don. Et c’est vrai que cette période a mis la loupe sur de nombreuses initiatives. J’espère que cette solidarité va perdurer. Je crois profondément en l’humanité de chaque personne. J’espère que l’électrochoc que l’on vit en ce moment annonce une nouvelle ère, encore plus solidaire. Cela peut sembler naïf. Mais il y a de grands utopistes qui ont changé le monde.

Quel impact ce moment inédit a-t-il eu sur votre créativité ?

Je me suis beaucoup recentrée sur la marque Sakina M’Sa. J’ai refondé notre site Internet, travaillé une nouvelle collection – toujours réfléchie sous la forme d’une capsule composée de quelques pièces uniquement – et enrichi l’identité de la marque. Tout cela sera révélé entre fin mai et juin 2020. Stay tuned !

Front de Mode, 42 rue Volta, 75003 Paris. https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/sweet-pull-sakinamsa.fr

*pacte signé par des entreprises de la mode et du luxe pour limiter leur impact sur l’environnement.

 

Pour découvrir en podcast le parcours, les inspirations et l’univers créatif de Sakina M’Sa, faites un clic ici.

Post a Comment

Pour ne rien rater des PORTRAITS de jeunes créateurs, des FOCUS sur des marques culte et des NEWS sur la culture mode.

Inscrivez-vous

NEWSLETTER

Merci pour votre inscription