Azzedine Alaïa

Jeu de miroir entre Alaïa et Balenciaga

Elle a une silhouette fluette, le visage pâle et une douceur infinie dans le regard. Carla Sozzani – galeriste, créatrice du concept store 10 Corso Como et amie proche d’Azzedine Alaïa – tourne autour des silhouettes mises en scène pour l’événement, avec un sourire sur les lèvres. Elle a de quoi être satisfaite.

Au siège de la Fondation créée en mémoire du couturier tunisien, disparu en 2017, s’ouvre une exposition majeure qu’elle a initiée et qu’Olivier Saillard, historien de la mode et directeur artistique de J.M Weston, dirige : Alaïa et Balenciaga, sculpteurs de la forme. Une fois de plus, les deux complices ont plongé dans les archives du couturier pour en sortir une thématique et croiser son travail avec un autre grand de la mode. Ici, le rapprochement est fait avec l’œuvre de Cristobal Balenciaga.

Bien avant que le mot “patrimoine” ne soit à la mode et qu’il devienne un outil marketing pour des marques en quête de crédibilité, Azzedine Alaïa eut l’intuition honnête de le préserver. Très tôt, il collectionna les pièces des créateurs dont il admirait le travail. On trouve dans son panthéon personnel – composé de milliers de modèles ! – les robes de Madame Grès, de Madeleine Vionnet, d’Elsa Schiaparelli et… de Cristobal Balenciaga.

L’histoire murmure que le couturier tunisien reçut des créations des mains de l’ancienne directrice générale adjointe de la marque, peu de temps après que M. Balenciaga raccrocha son tablier et mit fin à l’activité de sa maison en 1968.

Avec le maître espagnol, Azzedine Alaïa avait en commun une approche sculpturale du vêtement. Les deux hommes, qui maîtrisaient toutes les étapes de la couture (chose rare), ont apporté un soin infini au volume de leurs pièces. C’est cette similitude bluffante qui est mise en avant dans l’exposition. Leurs œuvres dialoguent, se répondent, dans une scénographie élégante, reposant sur un jeu de panneaux transparents. On s’amuse vite à deviner qui est l’auteur de ces créations jumelles par leur maîtrise des coupes, des lignes architecturales et des coloris sourds.

Le soir du vernissage, l’admiration se lie sur tous les visages des invités. On devine de la fierté chez Carla Sozzani et chez Olivier Saillard qui signent là une des plus belles expositions organisées par la Fondation.

Jusqu’au 28 juin 2020 à l’Association Azzedine Alaïa

Alaia

Azzedine Alaïa & Balenciaga © Stéphane Aït Ouarab

Azzedine Alaïa

Azzedine Alaïa & Balenciaga © Stéphane Aït Ouarab

 

Azzedine Alaïa
 Azzedine Alaïa & Balenciaga © Stéphane Aït Ouarab

alaia

Azzedine Alaïa & Balenciaga © Stéphane Aït Ouarab

Azzedine Alaïa & Balenciaga © Stéphane Aït Ouarab

Azzedine Alaïa

Azzedine Alaïa & Balenciaga © Stéphane Aït Ouarab

 

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater des PORTRAITS de jeunes créateurs, des FOCUS sur des marques culte et des NEWS sur la culture mode.

Inscrivez-vous

NEWSLETTER

Merci pour votre inscription