Les bijoux pleins de sens de Tityaravy

Tityaravy, c’est avant tout une histoire de famille et de transmission. La marque de bijoux de haute fantaisie, lancée par Titya Tin, est un hommage aux traditions hindouistes de ses défunts beaux-parents. Pour que la mémoire soit sauve et qu’elle habite les membres de sa tribu, Titya la fait vivre à travers des créations colorées. Des pièces raffinées qui séduisent bien au-delà de son cercle, car porteuses de sens et d’une esthétique à part. Titya nous dit tout sur son univers pluriethnique.

 Par Inès Matsika

La notion d’héritage au cœur de Tityaravy

« J’ai perdu mes beaux-parents en 2016. Ils étaient d’origine indo-mauricienne. Ma fille, Sasha, avait alors 2 ans. Lors de leurs funérailles, j’ai été confrontée à des traditions que je ne connaissais pas et qui m’ont éblouie. Je me souviens d’avoir été frappée par le prêtre qui était habillé tout en blanc et portait de nombreux colliers, dont chaque pierre représentait une prière. A cette période, je venais de quitter mon poste au sein du concept store Brand Bazar pour lancer une marque de bijoux, mais je ne savais pas quelle direction prendre. Je pataugeais ! En participant à ces cérémonies funéraires, une idée s’est imposée. Celle de véhiculer l’héritage indien de mes beaux-parents à travers une marque et d’assurer ainsi la transmission qu’ils n’ont pas eu le temps de faire auprès de leur petite-fille. En 2017, Tityaravi était né ! Dans mes collections, chaque bijou représente une divinité hindouiste. Je m’inspire aussi des coutumes indiennes pour créer et nommer mes modèles. »

Tityaravy
Tityaravy

Mon rapport aux bijoux

« J’enfile des pierres depuis que je suis petite. Quand je vois mes créations réalisées enfant, je suis assez stupéfaite car il y a des similitudes avec mon travail d’aujourd’hui. J’avais déjà un sens de la couleur assez développé.  L’amour du bijou vient de ma mère qui est très coquette. Mon père lui offrait régulièrement des parures, en provenance de notre pays d’origine : le Cambodge. Ma mère les portait presque chaque week-end lors des bals organisés par la communauté cambodgienne à Paris. J’étais fascinée par ses bijoux. Et j’ai commencé, de manière très naturelle, à en créer, en m’inspirant de ceux que je voyais autour de moi. Aujourd’hui, j’explore avec Tityaravy les associations insolites de couleurs. J’aime quand elles s’entrechoquent et ne se combinent pas de manière évidente. Je trouve cela plus intéressant. »

Lire aussi: Quand Gas Bijoux rencontre Françoise

Tityaravy
Tityaravy

Ma défense d’un certain savoir-faire

« Mes pierres viennent principalement d’Inde, de la ville de Jaïpur connue pour être un eldorado en matière de joaillerie. On y trouve de sublimes pierres précieuses, comme le rubis, les émeraudes et la tourmaline que j’affectionne particulièrement. Les artisans y perpétuent un savoir-faire ancestral. J’ai naturellement décidé de confier le sertissage et la soudure de mes modèles à des ateliers indiens. Le reste de la fabrication est réalisée dans mon atelier parisien.  La crise sanitaire m’a amenée, comme tout le monde, à adapter mon modèle de fonctionnement. J’ai pris plaisir à travailler en direct avec des artisans parisiens. Je réfléchis à la possibilité de leur laisser davantage de place dans l’aventure Tityaravy, que j’espère longue et pleine de rebondissements.”

www.tityaravy.com 

Tityaravy
Tityaravy

Notre best-of Tityaravy

Post a Comment

Pour ne rien rater des PORTRAITS de jeunes créateurs, des FOCUS sur des marques culte et des NEWS sur la culture mode.

Inscrivez-vous

NEWSLETTER

Merci pour votre inscription