Nadia Azoug

Monsieur Paris donne du coeur à l’ouvrage

 Il y a près de dix ans, Nadia Azoug a fait le pari de l’artisanat. Bien avant qu’il ne devienne un mot ronflant, répété en boucle par des marques en quête d’authenticité. La créatrice de la ligne de bijoux Monsieur Paris a choisi de valoriser le talent des artisans parisiens, à travers ses créations. Dans ses boutiques, où les ateliers sont mis en scène, elle donne à voir des compétences précieuses qu’elle a à cœur de sauvegarder. Des mains expertes façonnent – devant les clients – des bijoux tout en finesse et déploient un service qui n’a rien à envier aux grandes maisons. Avec ses bijoux modelés avec patience, Nadia Azoug réintroduit une valeur cardinale : celle du temps accordé à la création.

Par Inès Matsika

Monsieur Paris

Le bijou a déboulé un peu par hasard dans votre vie. Qu’est ce qui vous a décidé à en faire votre métier ?

Tout a commencé au comptoir du Cannibale Café, un bar parisien que je gérais à l’époque. Un fidèle client était un créateur de bijoux et on avait l’habitude d’échanger sur son métier. À l’époque, j’avais très envie de faire autre chose mais je n’avais pas de projet précis. Je me suis toujours considérée comme une spécialiste en rien, et une curieuse en tout (rires).

Ma seule certitude était d’être une entrepreneuse. Au fil de nos conversations, je me suis passionnée pour la fabrication artisanale des bijoux. J’ai découvert un savoir-faire magique et j’ai eu envie de le valoriser à travers une marque. J’ai lancé Monsieur Paris en quelques mois, avec l’appui du fameux bijoutier qui m’a accompagnée au début de l’aventure, avant que je ne la poursuive en solo.

Après l’ouverture d’une première boutique, vous avez inauguré une seconde adresse consacrée au sur-mesure. Pourquoi ce choix ?

J’ai effectivement ouvert une première boutique en 2010. D’emblée, nous y avons proposé du semi-mesure. A savoir la possibilité de personnaliser les bijoux des collections permanentes. Ce service a fait notre renommée, car avec un budget très raisonnable, on peut modeler une pièce à son image. Notre réputation s’est aussi construite sur les échanges authentiques que nous avons avec nos clients. On ne leur vend pas du rêve, mais un travail manuel honnête, qui a ses contraintes et ses limites !

Ce premier succès nous a donné envie d’aller plus loin, en proposant des bijoux sur-mesure dans une seconde boutique, rue Perrée, dédiée à ce service et qui en est le prolongement esthétique.

Dans ce lieu, tout a été réalisé sur-mesure par différents artisans : du ferronnier d’art à l’ébéniste en passant par un marbrier, meilleur ouvrier de France.

monsieur paris
Monsieur Paris
monsieur paris
monsieur paris

© Javier Callejas. Salon sur-mesure.

monsieur paris

© Javier Callejas. Salon sur-mesure.

monsieur paris

© Javier Callejas. Salon sur-mesure.

Dans les boutiques, les ateliers sont au cœur de l’espace. Pourquoi les rendre visibles aux yeux des clients ?

Il était important pour moi de mettre en avant le travail artisanal car chez Monsieur Paris, tout provient de là. D’où l’idée de disposer les établis au centre des espaces de vente. Nous mettons nos clients au cœur du processus créatif. Ils en font partie intégrante.

Y-a-t-il aussi une volonté, dans la boutique rue Perrée, de démocratiser le sur-mesure qui peut-être perçu comme élitiste ?

Plus que de démocratiser le sur-mesure, j’avais envie de revenir à l’essence même de ce qu’est l’artisanat. C’est-à-dire de l’art pour tous. Un travail manuel sans prétention qui se transmet depuis des décennies à des femmes et des hommes de talent. C’est ce savoir incroyable que je souhaitais dévoiler sans cérémonie, et dans sa plus simple expression, à notre clientèle.

Faites-vous appel à des artisans extérieurs à la maison ?

Oui. Ce n’est pas un hasard si nos boutiques se situent dans le Haut Marais. Il s’agit d’un quartier historique pour la joaillerie, dans lequel se concentre encore un grand nombre d’artisans. Nous travaillons avec les talents manuels du secteur : des doreurs, des graveurs et des sertisseurs, avec lesquels nous entretenons une relation privilégiée. Nous faisons des rencontres humaines fortes ! Ces artisans sont de vrais personnages, qui sont en atelier depuis de nombreuses années, et qui tirent une grande fierté de leur travail.

monsieur paris

© Javier Callejas. Salon sur-mesure.

monsieur paris

Quels sont les gestes réalisés par votre équipe et ceux délégués aux autres artisans ?

Dans nos ateliers, nous assumons toute la partie concernant le métal. Les autres opérations sont réalisées par d’autres mains.

Quel est le modèle phare de Monsieur Paris ?

En 2013, j’ai fait réaliser la médaille Joseph, en vermeil avec des dessins empruntés aux tatouages berbères. C’était un clin d’œil à mes origines kabyles. Ce produit a très bien marché. Les gens lui ont attribué une symbolique. Il est devenu un talisman pour les clientes. Encore récemment, une femme est venue réparer sa pièce, puis elle s’est ravisée car elle devait prendre l’avion !

Recherchez-vous la perfection dans la création du bijou ou laissez-vous la place à l’accident ?

Je raffole des accidents car ils amènent de l’imprévu et une touche unique au modèle. Je ne les vois pas comme des défauts.

Il est dommage que ce mot ait une mauvaise connotation car il y a des accidents heureux. J’en suis la preuve vivante ! Mon parcours professionnel et ma vie en sont jalonnés. Il faut juste avoir l’esprit ouvert pour bien les accueillir.

Quels sont les portés préconisés par la marque ?

Je n’aime pas trop guider mes clientes sur ce point. Je préfère leur laisser de l’espace pour qu’elles trouvent la façon de mettre en valeur le bijou sur elles. Il n’y a pas de règle en la matière. C’est à chacune d’inventer.

monsieur paris

La finesse des bijoux est votre signature. D’où cela vous vient-il ?

Je me suis inspirée de mon expérience. Le fait d’avoir longtemps travaillé dans un bar m’a donnée envie de créer des bijoux à la fois pratiques et beaux. Des pièces que l’on oublie une fois posées, comme des bijoux de peau. Un grammage léger en matériaux permet également de proposer des pièces à un tarif raisonnable.

Qu’est ce qu’on ne verra jamais chez Monsieur Paris ?

La bague d’orteil, le bracelet de cheville, la body chain…Ce sont des choses que je ne sais pas faire et que je ne veux pas faire ! (rires).

Quel est le bijou le plus symbolique à vos yeux ?

Les premières pièces créées pour Monsieur Paris comme la bague Olympe ou la bague Queen. Elles existent toujours dans nos collections.

Les bijoux sont souvent offerts à des moments particuliers de la vie. Pouvez-vous raconter une demande qui vous a touchée ?

Il y en a plein. On vit quasiment chaque jour des instants chargés d’émotion. Ce que j’apprécie le plus, c’est d’inscrire une relation dans le temps avec ma clientèle. Certaines personnes nous sont fidèles depuis les débuts. On les a accompagnées dans les moments importants de leur vie, comme leur mariage et la naissance de leurs enfants. Il y a un couple qui, à chaque année de mariage, s’offre un anneau Olympe. C’est très beau.

Pensez-vous, qu’à l’instar des vêtements, les bijoux ont un pouvoir ?

Peut-être. Je crois surtout que le bijou peut influer un état d’esprit. A l’image de notre médaille Joseph qui donne un sentiment de protection à nos clientes. Ça peut donner de l’assurance si on l’investit comme tel.

 

monsieur paris

© Javier Callejas. Salon sur-mesure.

Put a ring on it ! Les must de Monsieur Paris

Monsieur Paris, 53 rue Charlot, 75003 Paris. Salon sur-mesure, 1 rue Perrée, 75003 Paris (sur rendez-vous)

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater des PORTRAITS de jeunes créateurs, des FOCUS sur des marques culte et des NEWS sur la culture mode.

Inscrivez-vous

NEWSLETTER

Merci pour votre inscription