olistic the label

Olistic The Label, chic et éthique

Olistic The Label n’est pas une marque responsable supplémentaire, lancée pour séduire des consommateurs exigeants. Elle est le fruit d’une profonde réflexion de sa fondatrice Camille Jaillant. Il y a deux ans, la créatrice française décide de monter un label qui serait la synthèse de son parcours au sein de maisons de luxe et de sa prise de conscience écologique. Elle dessine un vestiaire haut de gamme réalisé dans des fibres naturelles ingénieuses et confectionné dans des ateliers portugais. Son engagement pour une mode durable, elle le partage avec le top américain Arizona Muse. Ensemble, elles ont créé une capsule chic, pensée dans les moindres détails pour limiter l’impact sur l’environnement. Une preuve, s’il en fallait, qu’il est possible d’allier mode et éthique avec du style.

 Par Inès Matsika

 

Olistic the label

Camille Jaillant

Olistic The Label

Olistic, le nom de la marque évoque l’Inde. D’où vient votre attachement à ce pays et en quoi est-il une inspiration ?

Il y a trois ans, j’ai sillonné l’Inde en sac à dos pendant 6 mois. Après avoir travaillé pour de grandes maisons comme Chloé, Louis Vuitton et Prada, j’ai eu envie de comprendre comment le produit était fabriqué dans ses moindres détails, sur un plan humain et écologique. A cette époque, j’avais besoin de faire un break et de questionner ma manière de travailler dans l’industrie de la mode.

C’est en voyageant en Inde que vous avez eu une prise de conscience, à l’origine d’Olistic The Label. Pouvez-vous nous la raconter ?

J’ai découvert des savoir-faire magnifiques et méconnus. Dans l’état de Jharkhand (centre-est de l’Inde, Ndlr), il existe une sériculture biologique. J’y ai rencontré une communauté de femmes qui créent la soie de la paix à partir d’une technique ancestrale. Elle consiste à créer un trou dans le cocon, sorte de bulle formée par les vers à soie, qui leur permettent d’en sortir. On peut ainsi récupérer les fils tissés sans avoir à tuer le futur papillon, essentiel pour l’écosystème local. J’ai eu envie de mettre en avant cette matière fabriquée de manière si vertueuse au sein d’une marque de luxe.

Lire aussi: Réuni fait bouger les lignes de la mode

olistic the label
olistic the label

En soutenant cette communauté de femmes, vous faites rimer entreprenariat et solidarité. En quoi était-ce important d’être utile avec votre label ?

Il était capital pour moi de donner du sens à mon travail. En travaillant avec ces artisanes, je participe directement à l’amélioration de leurs conditions de vie. Elles gagnent leur indépendance financière et ça, c’est un point important. Particulièrement dans ce pays. A l’avenir, j’aimerais développer encore plus l’impact social de mon label.

Quelles sont les autres valeurs que vous défendez à travers la marque ?

Avant tout l’authenticité. Nous sommes très transparents sur le mode de fabrication des pièces. De la culture des fibres jusqu’à la réalisation des modèles dans des ateliers portugais, choisis avec soin pour les conditions de travail offertes aux artisans. Nous avons mis plus d’un an pour trouver les bons partenaires !

L’autre valeur est la protection de l’environnement. Nous réalisons des collections ayant un faible impact écologique en utilisant des fibres biologiquescertifiées GOTS (Global Organic Textile Standard) – et en privilégiant les usines qui limitent leur consommation d’eau pour produire les textiles.

Enfin, étant une adepte de yoga, j’injecte naturellement cette philosophie de vie – basée sur le respect de l’homme et de l’environnement- dans ma marque.

Lire aussi: Mossi, une mode à l’impact social

olistic the label
olistic the label

Olistic propose une garde robe luxueuse. Comment votre parcours au sein de grandes maisons rejaillit-il dans votre label ?

J’ai un profil atypique. Ma passion est la création mais pour me former, j’ai eu envie d’aborder la mode par l’angle du business. J’ai décroché une licence en commerce puis un master en entreprenariat, tout en suivant en parallèle des cours privés de stylisme. J’ai donc découvert différentes facettes de la mode que j’ai ensuite explorées lors de mes premières expériences professionnelles. Comme à New York, chez Prada où j’ai travaillé au sein du service marketing. Ou à Paris, chez Louis Vuitton, où j’étais dans l’équipe de développement de produits. J’ai ainsi pu avoir un spectre large de la gestion d’une marque et m’en inspirer par la suite dans mon label. Tout ce parcours fut très formateur, j’ai beaucoup appris.

Et à l’inverse, quelles sont les pratiques observées dans cette industrie du luxe, qui vous semblent obsolètes et dont vous vous êtes écartée ?

La gestion du temps peut être hors sol. Je me souviens de longues réunions pour définir certains détails des collections, qui le lendemain étaient tout simplement supprimés. Ça n’avait pas de sens.

Nous étions aussi dans l’excès. On produisait beaucoup plus de vêtements que ce que l’on pouvait vendre. Ce qui engendrait un vrai gâchis. Aujourd’hui, pour Olistic The Label, je récupère des chutes de matières appartenant justement à de grandes marques qui devaient être brûlées. J’apprécie de donner une deuxième vie à ces tissus.

olistic the label
olistic the label

Racontez-nous comment est née la capsule avez le top Arizona Muse

Il y a quelques temps, j’ai été invitée à participer à des tables rondes organisées au Kenya par les Nations Unies sur la question de la mode durable. J’ai pris la parole en tant que designer utilisant pour son travail une matière biologique certifiée. J’y ai rencontrée Arizona Muse et j’ai eu un véritable coup de cœur pour elle. Nous partageons les mêmes valeurs et nous avons eu envie de les faire vivre au sein d’une capsule. Notre collaboration fut très fluide. Nous avons fait ensemble le choix de couleurs et de matières – soie, laine et lyocell, une fibre travaillée à partir de copeaux de bois. Nous avons décidé de lignes amples pour flatter toutes les morphologies. Dans un souci de transparence qui nous est chère, chaque pièce présente un QR code qui renseigne sur toutes les étapes de production.

Notre entente fut si bonne que nous allons faire une autre capsule ensemble !

2020 a été une année mouvementée. Quelle est votre pensée spirituelle pour l’année qui s’annonce ?

Nous avons tous envie de tourner la page et d’entamer une nouvelle année. Ce fut une période difficile sur le plan créatif, marquée par l’impossibilité de se projeter dans l’avenir. Et malgré tout ça, il a quand même fallu s’adapter et avancer. Durant cette période, j’ai appris à relativiser et à apprécier toutes les belles choses qui m’entourent. Je suis persuadée que cette crise va entraîner un changement positif dans nos rapports humains et pour l’environnement. Elle était nécessaire. Pour 2021, je suis optimiste et j’ai hâte de voir ce que cette prise de conscience va engendrer.

www.olistic.fr

olistic the label

L’héritage mode de Camille Jaillant

 

Votre première émotion mode

Ma grand-mère est couturière. Petite, j’adorais la regarder créer. J’étais entourée de boutons et de tissus. Ma passion pour la mode vient de là.

Les designers qui vous ont donné envie de créer

Stella McCartney pour son approche innovante et responsable de la mode. J’aime beaucoup Elie Saab pour ses créations flamboyantes avec ses détails haute couture. J’appréciais aussi le minimalisme de Celine, quand Phoebe Philo dirigeait la marque.

Les artistes qui ont forgé votre goût du beau

J’adore les voyages. Le photographe Jimmy Nelson m’a toujours touchée avec ses clichés d’endroits perdus dans le monde.

Deux institutions culturelles coups de cœur

Les serres du Musée d’Histoire Naturelle à Paris que je trouve magnifiques. J’aime y aller pour me ressourcer. J’apprécie aussi beaucoup les musées Rodin et Bourdelle pour leur beauté intemporelle. C’est ce que j’essaie d’atteindre avec Olistic The Label.

 

 

 

 

Les 3 essentiels pour les fêtes de fin d’année

Post a Comment

Pour ne rien rater des PORTRAITS de jeunes créateurs, des FOCUS sur des marques culte et des NEWS sur la culture mode.

Inscrivez-vous

NEWSLETTER

Merci pour votre inscription