Le média qui raconte la mode 

Jeunes créateurs - Marques iconiques - Culture mode

Théâtre de la mode

Le théâtre de la mode, éternelle inspiration

C’est une histoire qui participe à l’aura du luxe français. Le Théâtre de la mode a remis au goût du jour la Haute Couture juste après la Libération, le temps d’une exposition. Zoom sur un événement qui influence encore aujourd’hui les grandes maisons de mode.

par Inès Matsika

Une exposition de miniatures 100% luxe

 

Flashback : nous sommes le 28 mars 1945. Au pavillon de Marsan, l’actuel Musée des Arts Décoratifs, le public s’impatiente. Il est venu en masse pour découvrir le Théâtre de la mode et participe sans le savoir à l’un des plus grands événements après-guerre. Enfin, les portes s’ouvrent et les Français découvrent médusés des centaines de poupées habillées par la crème des couturiers : Cristobal Balenciaga, Lucien Lelong, Jean Patou, Jeanne Lanvin, Elsa Schiaparelli, Carven…Tous se sont pliés à l’exercice particulier de vêtir des mannequins miniatures pour atteindre un seul objectif : relancer la Haute Couture française.

Car le constat est rude : après des années de guerre, l’industrie de la mode est au plus mal. Baisse de la clientèle, fermeture de certaines maisons et perte de l’aura sur la scène internationale. Pour que Paris redevienne la capitale de la mode, la Chambre syndicale de la Haute Couture parisienne a une idée : organiser – non pas un défilé impossible à réaliser avec le rationnement de tissus- mais une exposition qui mettra en scène l’excellence française.

Aux manettes,  le directeur artistique Christian Bérard s’entoure des meilleurs talents pour signer les décors – dont Jean Cocteau qui réalisera aussi l’affiche – pour imaginer la musique et les illustrations.

 

Lire aussi: Jeu de miroir entre Alaïa et Balenciaga

théâtre de la mode

©Théatre de la mode, par Susan Train et David Seidner

Théâtre de la mode

© Dior, collection Haute Couture automne-hiver 2020-2021

Le théâtre de la mode continue de fasciner

L’exposition ne désemplit pas ! Pendant un an, une foule avide de beauté, se presse pour découvrir des figurines en fil de fer de 70 centimètres qui redonnent leurs lettres de noblesse au luxe français. Tous les corps de métier sont valorisés: bottiers, fourreurs, joailliers et coiffeurs. Les bijoux miniatures réalisés par Cartier en sont un des plus beaux exemples.

A partir de 1946, l’exposition devient itinérante. Elle voyage à travers la France et l’Europe pour ensuite conquérir les Etats-Unis. Les figurines y resteront et seront entièrement conservées au Maryhill Museum of Art, dans l’état de Washington, jusqu’au milieu des années 80.

Certaines miniatures retrouveront ensuite le chemin de la France et constituent aujourd’hui un des trésors du Musée des Arts Décoratifs.

Longtemps méconnue, cette page historique de l’histoire du luxe inspire de nombreuses maisons. À l’image de Dior qui organisa sur le même modèle l’exposition Le petit théâtre de Dior en Chine, en 2014 pour y faire ensuite référence dans sa collection Haute Couture automne-hiver 2020-2021 !

 

Lire aussi: Dior célèbre la joie dans un livre 

théâtre de la mode

Figurines et décors originaux du Théâtre de la mode © Maryhill Museum of Art. Haut de page: crédit identique

La “Minute luxe” est une chronique en partenariat avec SUP DE LUXE, chaire CARTIER

Post a Comment

Pour ne rien rater des PORTRAITS de jeunes créateurs, des FOCUS sur des marques culte et des NEWS sur la culture mode.

Inscrivez-vous

NEWSLETTER

Merci pour votre inscription