3 choses à savoir sur le perfecto Schott

Faut-il le rappeler ? Le seul blouson à pouvoir porter le nom de perfecto est celui crée par Irving Schott en 1928. Cette mythique pièce en cuir traverse les générations et les époques sans que son succès ne faiblisse. Mille fois réinterprété, copié, le modèle original est un cas d’école dans la mode. Retour en trois points sur une légende qui vient de souffler ses quatre-vingt balais.

Le monde entier est séduit par le petit parfum de rébellion qui se dégage de cette pièce mythique

1

Son histoire

Tout est parti de la moto. En 1928, Irving Schott qui a une passion pour les deux roues, imagine un blouson fonctionnel pour les bikers. Accroc aux cigares cubains, il le baptise du nom de sa marque préférée : Perfecto. Il est fabriqué dans un cuir, capable de résister aux chocs et aux intempéries. La signature Schott : des pattes sur les épaules, des zips sur les poches, des pressions sur le col et une ceinture à boucle qui enserre la taille. Autant de détails qui lui donnent un style 100% rock. Après les bikers, ce sont d’ailleurs les rockeurs qui deviennent les meilleurs ambassadeurs du Perfecto. Il faut attendre les années 50’s pour que le blouson se transforme en véritable phénomène de mode, s’exportant à travers le monde tel un modèle de la culture urbaine américaine.

©J-P Laffont, usine Schott

2

Le clin d’oeil

On se souvient tous de Marlon Brando dans le film culte « L’équipée Sauvage ». Quasiment pas une prise où il n’apparaisse avec le perfecto Schott sur les épaules ! Il n’en fallait pas plus pour que le blouson en cuir évoque l’univers des voyous. Dans les années 50’s, il fut carrément interdit dans de nombreuses écoles. Au lieu de booster les ventes du perfecto, le succès du film les a plombées.

© Dominique Isserman, Fanny Ardant portant un perfecto Schott

3

Le chiffre magique

5,50 : C’est le nombre de dollars qu’il fallait payer pour acheter les premiers perfectos réalisés pour le distributeur new-yorkais de Harley Davidson. Une somme dérisoire pour une pièce qui n’allait pas tarder à devenir légendaire

Haut de page: © Cinestar, Johnny Depp dans Cry Baby portant un perfecto Schott

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater des PORTRAITS de jeunes créateurs, des FOCUS sur des marques culte et des NEWS sur la culture mode.

Inscrivez-vous

NEWSLETTER

Merci pour votre inscription