Retour en grâce de Dapper Dan avec Gucci

Le créateur afro-américain Dapper Dan est un sphinx que le milieu de la mode voit renaître avec fascination. L’histoire de cet homme, qui a grandi dans le ghetto new yorkais, est digne d’un blockbuster hollywoodien. Dans les années 80, Daniel Day, surnommé Dapper Dan, a une idée de génie : détourner les logos des maisons de luxe européennes et les plaquer sur des vêtements aux coupes larges et streetwear, vendus à bas prix. Il offre aux gens de la rue le prestige des grandes marques, telles que Louis Vuitton, Fendi et Gucci, auxquelles ils n’ont pas accès. Dans sa boutique située à Harlem, des tailleurs sénégalais créent en cadence joggings et tee-shirts siglés que les gansters du coin s’arrachent. Très vite, c’est la scène hip-hop qui s’amourache du style Dapper Dan. Public Enemy, Salt-N-Pepa, Erik B. & Rakim, deviennent des ambassadeurs de la marque. Pendant une dizaine d’années, l’autodidacte de Harlem touche la gloire du doigt. Avant de connaître la chute. Alertées, les maisons de luxe poursuivent le créateur pour contrefaçon. Endetté, Dapper Dan ferme sa boutique en 1992 et tombe dans un quasi oubli. Jusqu’ à en être tiré par les mêmes marques qui l’avaient enterré ! Ironie du sort : depuis des années les maisons de luxe s’inspirent fortement de la culture hip-hop et appliquent à leurs collections l’esthétique exubérante de la rue. On doit le retour en grâce de Dapper Dan à Alessandro Michele, Directeur Artistique de Gucci, qui lui rendit hommage lors d’une collection croisière. La suite de l’histoire s’écrit aujurd’hui. La maison italienne propose au septuagénaire, qui n’a rien perdu de son talent, d’ouvrir un atelier de sur-mesure à Manhattan, en clin d’oeil à la Dapper Dan’s Boutique, et met à son à son service tout son savoir-faire. L’acte II de cette collaboration est la création d’une capsule Gucci X Dapper Dan pour l’automne-hiver 2018. L’idée : ressusciter les hits du couturier en les retravaillant à la sauce Gucci. Blousons en cuir sérigraphiés avec le logo GG, survêtements en jersey de chenilles, jeans délavés aux coupes eighties, blousons dotés de dragons brodés, sacs banane colorés…Une collection aux accents vintage et street qui réhabilite définitivement le tailleur de Harlem. La boucle est bouclée.

Post a Comment

Pour ne rien rater des PORTRAITS de jeunes créateurs, des FOCUS sur des marques culte et des NEWS sur la culture mode.

Inscrivez-vous

NEWSLETTER

Merci pour votre inscription