Les collages nébuleux de Deborah Turbeville

On le savait singulier. Avec l’exposition Collages, l’art de Deborah Turbeville s’entoure d’un mystère supplémentaire. L’américaine – décédée en 2013 – a emmené la photographie de mode vers des recoins peu fréquentés.

Son style, mélancolique et vaporeux, était en rupture totale avec celui de ses contemporains, comme Guy Bourdin ou Helmut Newton, apôtres de photos très vivantes.

Il faut se rendre à New York, à la galerie Deborah Bell Photographs, pour apprécier son autre talent: celui des collages. Dans cette exposition, on retrouve toute la dualité de l’art de Déborah Turbeville – atmosphère éthérée et pointe de noirceur –mise en scène sous une forme particulière.

L’artiste, qui fut une fidèle collaboratrice du Vogue US et du Harper’s Bazaar, donnait une autre vie à ses œuvres, une fois la porte des rédactions refermée.

Elle déchirait les tirages, découpait les planches contact et assemblait ce nouveau matériau sur des feuilles en carton ou sur du papier cristal.

Dans un désordre organisé, ses photos graineuses se juxtaposent, se chevauchent ou se regardent en miroir. Remaniées, donnant parfois l’impression d’avoir été brutalisées, elles expriment une certaine excentricité que défendait la photographe.

Les collages proclament aussi sa volonté de ne pas définir la photographie de mode, de ne pas la figer dans des codes. Mais d’en accepter au contraire le flou, l‘absurde et l’inattendu.

« Mes images marchent sur une corde raide, elles ne savent jamais » déclarait Déborah Turbeville. Tout son travail hors normes le démontre.

Jusqu’au 29 juin 2019.

deborah turbeville

© Deborah Turbeville, Andrew Geller shoes designed by Calvin Klein, 1976

© Deborah Turbeville, for Calvin Klein, 1976

deborah turbeville

©Deborah Turbeville, Wallflower, 1978

deborah turbeville

© Deborath Turbeville, Passport, 1977

© Deborah Turbeville, Charles Jourdan / Woolfe Form Dummy Factory 1974

© Deborah Turbeville, Kenya, 1992

En haut de page: © Deborah Turbeville, l’Ecole de Beaux-Arts, Paris, 1977!

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater des PORTRAITS de jeunes créateurs, des FOCUS sur des marques culte et des NEWS sur la culture mode.

Inscrivez-vous

NEWSLETTER

Merci pour votre inscription