agnès.b

3 choses à savoir sur le cardigan pression d’Agnès b.

« Ce que j’aime dans ce vêtement, c’est que chacun s’en sert à sa manière ». C’est par ces mots que la créatrice Agnès b. définit le cardigan pression, devenu un vêtement culte en quarante années d’existence. Une pièce au look sage mais d’une liberté folle, qui traverse les époques, et ne se soumet ni à l’âge ni au genre. Pour célébrer son (40ème) anniversaire, un livre paru aux éditions Assouline – préfacé par Sophie Fontanel – et une exposition le mettent en lumière.

Par Inès Matsika

agnès.b

« Vous le vouliez sans limites, sans frontières, nullement lié à une génération, ni à un âge, ni à un statut social. Il devait juste être, n’importe où dans le monde, cet objet abordable qui vous distingue ». Extrait du texte de Sophie Fontanel qui accompagne le livre Agnès b. : le cardigan pression.

1

L’histoire

En 1979, Agnès b. rêve d’un modèle qui changerait des éternels sweat-shirts qu’elle a l’habitude de porter. Avec des ciseaux, elle en ouvre un par le milieu et y appose des pressions. L’ébauche du cardigan est née, qu’elle peaufinera par la suite en choisissant un molleton de coton doux et des boutons en nacre, pour le détail chic. L’aspect monacal du modèle rappelle son enfance passée à Versailles, au sein d’un pensionnat religieux où elle portait des vestons sans col. Toute l’esthétique rigoureuse dont Agnès b. est empreinte rejaillit au moment de créer la future pièce culte.

agnès.b

2

L’évolution

Sobre et unisexe, le cardigan pression habille aussi bien la femme, l’homme que l’enfant. Comme tous les hits, il a subi de nombreuses transformations depuis sa création. Agnès b. n’a pas hésité à secouer son basique. Elle l’a teint en 148 couleurs différentes, lui a taillé les manches, l’a habillé de cuir, l’a resserré autour de la taille et l’a même imaginé en bustier.

©Agnès.b

3

Le chiffre magique

2019 sonne les 40 ans du modèle phare d’Agnès b. La créatrice renoue avec une initiative lancée en 1996. A cette époque, pour une exposition sur le cardigan au Centre Georges Pompidou, elle avait demandé à 60 photographes d’immortaliser la pièce culte en fonction de leur univers. Pour son entrée dans la quarantaine, elle invite de nombreux artistes à livrer leur version du cardigan, dont le résultat est exposé au siège de la marque. On y découvre la vision de David Lynch, d’Omar Victor Diop, de Jim Joe, de Joel Meyrowitz, de Jean Pigozzi, de Gaspar Noé et de bien d’autres encore. Ce temps fort pour la griffe s’inscrit dans le marbre avec le livre Agnès b. : le cardigan pression paru aux éditions Assouline qui retrace ses plus belles variations au fil du temps.

Exposition au 17 rue Dieu, 75010 Paris. Jusqu’au 19 octobre 2019. https://www.agnesb.eu/

Visuels de l'exposition: © Juergen Teller, avec l’aimable autorisation de Suzanne Tarasieve / © Claude Lévêque avec l’aimable autorisation de l’artiste et de Kamel Mennour/ © Kenta Cobayashi avec l’aimable autorisation de l’artiste et G/P Gallery. En haut de page: © David Lynch

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater des PORTRAITS de jeunes créateurs, des FOCUS sur des marques culte et des NEWS sur la culture mode.

Inscrivez-vous

NEWSLETTER

Merci pour votre inscription